Factery Labs est un "moteur de recherche de faits", proposé par un ancien de Google et Infoseek. Il mixe la recherche temps réel pour détecter les grandes tendances du moment avec des algorithmes plus classiques permettant d'approfondir certains thèmes sur le Web. Une démarche intéressante qui devrait certainement donner des idées à d'autres outils d'ici quelques semaines...

Début de l'article :

Pas besoin d'être grand clerc pour prédire que le temps-réel est la "next big thing" pour les moteurs de recherche. Pour l'instant, ceux qui sont positionnés sur ce créneau sont nombreux et souvent assez limités en terme de fonctionnalités. De la vingtaine que nous avions recensée en juin 2009, quelques uns ressortent toutefois du lot tel SocialMention (http://www.socialmention.com), Yauba (http://www.yauba.com) ou encore UberVU (http://www.ubervu.com).

Toutefois, les annonces vraiment importantes ne viennent pas de ces nouveaux acteurs. Elles sont le fait des acteurs traditionnels du "search" tels Google et Bing, qui ont annoncé dans la même semaine d'octobre dernier un partenariat avec Twitter leur permettant d'enrichir leurs résultats des données temps réel transmises par les utilisateurs de ce service. Bing a d'ailleurs réitéré au début de ce mois en annonçant un partenariat similaire avec Facebook.

C'est dans cet univers de géant que débarque Factery Labs (http://facterylabs.com/), un moteur créé par Paul Pedersen, ancien de Google et d'Infoseek, qui fonctionne sur une idée intéressante. Plutôt que de proposer les "tweets" les plus retweettés (retransmis) ou tweetés par des utilisateurs influents, à l'instar des moteurs précédemment cités, il va exploiter ce "corpus" pour en extraire les thèmes d'actualité les plus populaires. Il va ensuite rechercher dans les sources dites fiables (presse, sites de référence de type Wikipedia) les articles et textes proposant du contenu factuel sur de ces mêmes thèmes. L'idée est donc, dans un premier temps, d'utiliser les réseaux sociaux pour détecter les tendances de l'actualité et, dans un deuxième temps, de se retourner vers des sites d'information classiques pour les approfondir.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.