De nombreux projets web sont aujourd'hui gérés grâce à la méthode Scrum Agile. Aussi, les responsables SEO en entreprise se doivent de comprendre les tenants et aboutissants de cette méthode afin de mener à bien les projets en termes d'optimisation du site pour les moteurs de recherche et de ne pas risquer que certaines fonctionnalités SEO passent "à l'as". Dans cet article, après une explication de ce qu'est cette méthode, nous aborderons les spécificités du SEO en termes de méthodologie Scrum Agile.

Par Philippe Yonnet, fondateur de l'événement Search Y (https://www.search-y.fr/)

Une bonne gestion de projets est indispensable pour obtenir des résultats en SEO. En effet, si optimiser efficacement un site pour les moteurs de recherche exige un savoir certain et une bonne dose de savoir faire, dans de nombreux contextes il faut également savoir… Faire faire par les autres les optimisations dont vous avez besoin.

En pratique, cela passe par le fait de bien maîtriser la gestion de projets informatiques. Or pour les sites web, une méthode de gestion de projet s'est imposée : la méthode Scrum Agile. Nous allons donc développer dans cet article les bonnes pratiques pour intégrer les optimisations SEO dans un projet géré en Scrum Agile, mais aussi les limites de la méthode et les principaux pièges à éviter. Et nous finirons en rappelant que dans la plupart des cas, les spécifications fonctionnelles ne sont pas réellement gérées en méthode Agile, et ce que cela implique pour les aspects SEO d'un projet Web.

Fig. 1. Le nom de la méthode Scrum est tiré du… rugby. La « mélée » (scrum) est le nom choisi pour la réunion quotidienne entre les développeurs.

Vous avez dit Agile ?

Dans les années 70 et 80 la plupart des projets informatiques étaient gérés avec une méthode dite en cascade (waterfall), ou sous une version améliorée dite « cycle en V », car les étapes suivies étaient souvent représentées sous la forme d'un diagramme en V. L'idée de base était de suivre un processus rigoureux permettant de passer progressivement de l'idée à une expression de besoin formalisée, puis à des spécifications détaillées pour entrer ensuite dans des phases de développement. Les phases de recettes et de tests permettaient ensuite de s'assurer que le produit développé correspondait bien aux spécifications.

Fig. 2. L'approche « en cascade » : chaque étape doit être achevée pour commencer la suivante.

Même si cette méthode avait contribué au succès de projets comme le programme Apollo, le cycle en V avait des inconvénients que les informaticiens ont identifié très tôt...

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.


Plus d'infos pour les abonnés :

Plus d'infos pour les non-abonnés :