On sait qu'il est très important d'obtenir, pour un site web, de bons temps de réponses pour l'affichage de ses pages. Certes, cela a un impact sur le crawl de Google, mais avant tout, cela fournit une expérience utilisateur optimale, élément essentiel aujourd'hui dans une stratégie de visibilité et de fidélisation. Voici donc quelques informations sur les différents systèmes de caches serveur du marché (reverse proxy, cache de code, cache mémoire et cache statique) et leurs principales différences.


Introduction aux caches serveur

La rapidité de réponse d’un site web est un facteur prépondérant pour le référencement sur desktop et mobile. Afin d’améliorer la vitesse de réponse d’un site, il existe plusieurs leviers à actionner :

Optimiser le poids de ses ‘assets’ (les images, les scripts et les feuilles de styles) ;
Optimiser son code de génération de contenu dynamique (réduire le nombre de boucles PHP par exemple) ;
Utiliser un hébergeur possédant une bande passante solide ;
Mettre ses contenus en cache (pages web, assets) sur les terminaux client ;
Délivrer des contenus (pages web, assets) en cache coté serveur.

C’est sur ce dernier point que va porter cet article, les autres points ayants déjà été abordés par d’autres auteurs dans des numéros antérieurs de cette lettre.

Commençons par une définition : Un serveur de cache est un serveur ou un service réseau dédié agissant comme un serveur qui enregistre des pages web ou d'autres contenus Internet localement. En plaçant les informations précédemment demandées dans un stockage temporaire ou dans un cache, un serveur de cache accélère l'accès aux données et réduit la demande de bande passante d'une entreprise. Les serveurs de cache permettent également aux utilisateurs d'accéder au contenu hors ligne, y compris aux fichiers multimédia enrichis ou à d'autres documents. Un serveur de cache est parfois appelé un "moteur de cache ». (source : http://whatis.techtarget.com/definition/cache-server).

Un serveur de cache ne fait pas qu’améliorer le temps de réponse, il possède d’autres avantages comme la résistance à la montée en charge et la réduction des consommations de ressource processeur et mémoire.

Il existe de nombreuses solutions et typologie de génération et gestion de cache coté serveur. Cet article va vous les présenter.

Les différentes types de cache serveur

Il existe différents types de gestion de cache serveur :
Reverse proxy ;
Cache de code (ou plutôt code précompilé : bytecode) ;
Cache mémoire ;
Cache statique (fichier).

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.

Plus d'infos pour les abonnés :

Auteur : Benoît Chevillot Consultant SEO, DivioSeo (http://divioseo.fr/).

Formats disponibles : HTML
Date de parution : 19 février 2018

- Accès à la lettre Réacteur

Plus d'infos pour les non-abonnés :

- Comment s'abonner à la lettre Réacteur ?

- Sommaire de la lettre Réacteur N°200 de Février 2018

- Tous les articles de l'année 2018

- Sélection des meilleurs articles des 24 derniers mois

...