Chaque mois, nous allons demander à une personnalité du SEO francophone sa vision du futur de notre métier à une échéance de 5 ans (au-delà on peut imaginer que c'est de la pure science-fiction). Ce mois-ci, c'est Laurent Bourrelly, consultant SEO bien connu qui nous donne sa vision du futur de ce métier. Et, fidèle à son image, il en profite pour asséner quelques vérités qui dépotent. Mais qui font également réfléchir sur le sujet...

Par Laurent Bourrelly, consultant SEO (http://www.laurentbourrelly.com/).

 

Au moins, nous aurons eu le privilège d’avoir vu un métier naître et mourir... Je ne sais pas s’il existe d’autres professions qui auront connu une ascension fulgurante, tout en se retrouvant dans le placard à balais de l’économie du numérique, en moins de vingt ans. Le référenceur tenait en effet le pouvoir entre ses mains car il possédait la clef du trafic gratuit en provenance de Google.

Le Search, maître absolu du marketing en ligne

Parmi tous les vecteurs de visibilité disponibles dans l’arsenal du site Web, pour qui veut devenir célèbre sur Internet, le Search est clairement le meilleur, tous KPI confondus. Dans les anciens temps de l’Internet, Google était le sauveur. Les gens ont confiance en Google pour apporter une réponse qualifiée à leurs questions. On apprécie de trouver la bonne information sur Internet et Google régnait sans partage sur le secteur de la recherche d’information sur le Web. Encore aujourd’hui et sans doute pour toujours, le Search remporte haut la main le sacre de meilleur levier marketing.

Et si Google avait une forme ?

Ceci est le titre d’une recherche au sein de Google X, le labo d’innovation que Larry Page, co-fondateur de Google, avait initié il y a quelques années. Google invitait des experts dans une multitude de thématiques, afin de pouvoir dessiner le futur. Pour la faire courte, on se dirige tout droit vers la puce dans le cerveau. On sera connecté en permanence et Google sera présent en permanence autour de nous.

Aujourd’hui, lorsqu’on demande à Larry Page ce qu’il pense de Google, le moteur de recherche, il répond que les gens ne comprennent pas que pour lui cela représente le projet de travail pour son diplôme d’université et rien de plus. Difficile de ne pas le comprendre puisque Google a apporté gloire et fortune à ses créateurs, mais qu'ils ne peuvent pas se contenter de cela pour satisfaire leur soif d’innovation et de technologie.

Si on doute encore que Google n’est rien d’autre qu’une vache à lait pour Alphabet, il suffit de jeter un coup d’oeil aux rapports faits devant les investisseurs tous les trimestres. J’adore la mention du moteur de recherche fin 2017 où il est question des progrès dans la lutte contre le spam, notamment en ce qui concerne les fermes de contenu. Si ma mémoire est bonne, c’est plutôt en 2012 que la pénalité Panda a sévi contre les fermes de contenu.

Par contre, la déconnexion totale des plus grandes instances chez Google, vis à vis de la réalité des évolutions du moteur, démontre parfaitement l’importance toute relative de Google pour Alphabet. Même avant que Google devienne Alphabet, les ingénieurs qui n’étaient pas assez bons pour travailler chez Adwords étaient refourgués chez le moteur de recherche.

Mais cela n’enlève en rien le fantastique travail effectué par les équipes en charge du moteur. Encore aujourd’hui, c’est le meilleur moteur de recherche, malgré l’avancée technologique des concurrents, connaissant toujours une popularité énorme auprès du grand public.

Ce n’est pas le cas partout dans le monde, mais les français aiment utiliser Google. Dans 5 ans, je ne sais pas si ça sera toujours le cas.

La courte histoire du Web nous a appris que les gens peuvent abandonner sur le champ un service, dès qu’il y a quelque chose de mieux ailleurs. Ainsi, on focalise notre travail sur un service, dont le propriétaire ne voit pas au-delà de la vache à lait. Remarque : c’est un peu aussi notre vache à lait, il faut bien le dire…

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.

 

Plus d'infos pour les abonnés :

Plus d'infos pour les non-abonnés :