La procédure DMCA (Digital Millenium Copyright Act) est une loi américaine ayant pour objectif de lutter contre la violation du droit d'auteur. Dans cette optique, Google propose ainsi un formulaire permettant de signaler un site web ayant copié vos contenus, afin de le désindexer. Mais cette procédure est également parfois utilisée par des webmasters peu scrupuleux pour affaiblir la visibilité de leurs concurrents au travers de pratiques de Negative SEO. Il est donc important de bien connaître le fonctionnement de ce système pour l'utiliser à bon escient mais également pour se défendre contre les spammeurs.

Par Daniel Roch

En référencement naturel, on peut parfois subir des techniques visant à pénaliser, voire même supprimer nos contenus. A la base prévue pour protéger le droit d’auteur américain, une procédure DMCA peut notamment nuire fortement au positionnement de certaines publications, ou plus globalement de votre site.

Nous allons voir dans cet article de quoi il retourne, comment s’en prémunir et pourquoi il est parfois utile d’en faire soi-même.

Le DMCA, c'est quoi ?

DCMA signifie Digital Millennium Copyright Act, une loi américaine adoptée en 1998 et qui vise à lutter contre tout type de violation du droit d’auteur. Cette loi DMCA est notamment très utilisée dans le cadre du piratage de certaines œuvres comme les films, la musique ou encore les jeux vidéo. Elle permet en outre d’imposer certaines obligations techniques (par exemple des spécifications techniques sur la lecture des blu-rays).

Sur le Web, elle permet de pouvoir se retourner contre tout site web qui diffuserait certaines œuvres ou contenus sans en avoir l’autorisation (source). Pour ceux que cela intéresse, on peut même retrouver le texte intégral de la loi directement ici : https://www.copyright.gov/legislation/dmca.pdf

En d’autres termes, tous vos contenus sur Internet peuvent potentiellement y être soumis :

  • Vos pages HTML ;
  • Tous les fichiers texte (DOC, PDF, TXT, PPT, txt, etc.) ;
  • Les images (JPEG, SVG, , GIF, PNG, PSD, etc.) ;
  • Les vidéos (MPG, AVI, MOV, FLV, MP4, etc.) ;
  • La musique (MP3, AIF, WAV, etc.).

Et cela concerne vos propres sites mais aussi tout autre emplacement du Web sur lesquels vous pourriez publier ce type de contenus (réseaux sociaux, forums, commentaires de blog et ainsi de suite).

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Daniel Roch, consultant WordPress, Référencement et Webmarketing chez SeoMix (https://www.seomix.fr)