L'ouvrage "Google Story", paru le 9 mars 2006 chez Dunod, relate l'étonnante saga de la création du moteur de recherche Google. En accord avec l'éditeur, nous vous proposons ici un chapitre entier du livre, qui raconte la surprenante rencontre entre les deux fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry page et leur futur CEO, Eric Schmidt...

En 1998, Sergey Brin et Larry Page abandonnent leurs études à l'université de Stanford pour, selon leur expression, "changer le monde" avec l'idée d'un outil qui permettrait de retrouver gratuitement et rapidement chaque information présente sur le web. La "légende" était en marche... Comment Google est-il devenu un géant du web en moins de 10 ans ? Comment un moteur de recherche peut-il générer un tel chiffre d'affaires ? Quel est le "secret" du formidable succès de cet outil ? Rédigé par deux journalistes d'investigation du Washington Post, David A. Vise et Mark Malseed, l'ouvrage Google Story (http://www.dunod.com/pages/ouvrages/ficheouvrage.asp?id=49894) paru dernièrement chez Dunod nous dévoile l'histoire et le fonctionnement de cette entreprise pas comme les autres. Pour que vous puissiez avoir un avant-goût de ce livre, nous vous proposons, en accord avec l'éditeur, la consultation du chapitre 9 en entier (voir le sommaire complet en fin d'article). Il raconte l'étonnante rencontre entre les deux créateurs du moteur, Sergey Brin et Larry Page, et son futur PDG, Eric Schmidt... (les photos additionnelles de cet article ne sont pas issues de l'ouvrage).

Chapitre 9 : Embaucher un pilote

C'est sans grand enthousiasme qu'Eric Schmidt s'était rendu en décembre 2000 chez Google pour y rencontrer Sergey Brin et Larry Page. La première chose qu'il remarqua était qu'ils avaient vidéoprojeté sa biographie sur le mur. Il avait entendu dire que Google était un endroit bizarre et cela semblait se confirmer. "J'ai trouvé cela vraiment curieux" dit-il.

Il avait fait tout son possible pour ne pas honorer ce rendez-vous, mais John Doerr de chez Kleiner Perkins, le plus puissant capital-risqueur que Schmidt connaissait, n'arrêtait pas de le solliciter pour qu'il rencontre les gars de Google et qu'il discute du rôle qu'il pourrait tenir dans l'équipe de direction. Schmidt avait beaucoup de respect pour Doerr et attachait une grande importance à leurs relations. Si Doerr n'avait pas été impliqué dans Google en tant qu'investisseur et membre du conseil d'administration, il aurait purement et simplement séché la réunion. Malgré ses sentiments pour Doerr, il avait fait le maximum pour retarder le moment de la rencontre et deux mois s'étaient déjà écoulés depuis le jour où il avait été sollicité pour la première fois. "Il faut que tu parles à Google" lui avait dit Doerr. "Tout le monde se fout de la recherche" avait répliqué Schmidt. "Va voir Google" insista Doerr. "C'est un petit bijou qui a besoin qu'on l'aide à atteindre la masse critique."

Dans le petit monde des sociétés technologiques et des financiers de haut vol, Schmidt ne connaissait personne qui ait autant de succès au long cours que Doerr. C'était donc une relation à préserver, même s'il s'avérait que la rencontre avec Brin et Page était une perte de temps. Schmidt, qui était PDG de l'éditeur de logiciels Novell, n'était pas à la recherche d'un nouveau boulot, même s'il savait qu'il allait devoir se mettre rapidement en chasse, en prévision de la future fusion de Novell. Mais même s'il avait été prêt, Google n'aurait pas été l'entreprise vers laquelle ce cadre commercial titulaire d'un doctorat aurait porté son choix. En dépit de l'enthousiasme de Doerr, Google n'était rien de plus qu'un moteur de recherche à une époque où l'on murmurait dans la Silicon Valley que cette activité était moribonde et que l'avenir était aux portails Web dotés de multiples fonctions.

Schmidt croyait dur comme fer qu'un petit nombre de portails offrant des services d'actualités, de météo, de commerce en ligne et de courrier électronique pouvaient attirer les internautes. Il avait aussi du mal à comprendre pourquoi Doerr manifestait un tel enthousiasme à l'égard de Google. Il en arrivait à se demander si Doerr ne s'inquiétait pas tout simplement de son retour sur investissement et comptait sur lui pour jouer les pompiers et colmater les brèches. C'est avec réticence qu'Eric Schmidt pénétra dans leur bureau, prêt à rencontrer les deux jeunes entrepreneurs afin de remplir son obligation à l'égard de Doerr, pour ensuite vite retourner au travail chez Novell.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.