Chaque mois, nous demandons à une personnalité du SEO francophone sa vision du futur de notre métier à une échéance de 5 ans (au-delà on peut imaginer que c'est de la pure science-fiction). Ce mois-ci, c'est Sylvain Peyronnet, à l'origine de nombreux projets autour du SEO depuis près de 20 ans, qui nous donne, en tant qu'amoureux de l'algorithmie, sa vision du futur de ce métier en revenant sur les quelques années qui viennent de s'écouler pour mieux envisager les prochaines...

 

Par Sylvain Peyronnet, fondateur de la régie publicitaire sans tracking The Machine In The Middle (http://themachineinthemiddle.fr/).

Quand Olivier m'a demandé d'écrire un article prospectif sur l'avenir du SEO, ça m'a d'abord amusé, et ensuite cela m'a beaucoup fait réfléchir. Je vous livre ici quelques unes de ces réflexions, qui bien entendu feront rigoler les personnes qui dans 5 ans reviendront pour se moquer de mon manque de vision... 😉

Comprendre le devin pour comprendre ses prédictions

Avant de vous livrer mes prédictions plus ou moins fantaisistes, il faut que je dévoile un peu mon parcours en tant que SEO ou proche du SEO.
Cela fait maintenant assez longtemps que je fais du SEO puisque mon premier contact avec la nécessité de travailler un site web pour le faire "ranker" date (à la louche) de l'année 2000. Mais c'est, comme pour la plupart des vieux de la vieille du SEO en France, le concours “mangeur de cigogne” qui m'a offert l'occasion de rencontrer d'autres SEOs, et de tout simplement découvrir que le référencement web existait réellement.

A cette époque tout était assez facile, et les moteurs étaient à leurs balbutiements, même si Google était déjà en avance sur les autres. C'est aussi autour de cette époque que je suis devenu enseignant-chercheur, d'abord dans le privé puis dans le public, avec une large partie de mon travail sur des problématiques liées au Web (principalement la mise en place de méthodes de calcul “robuste”, c'est-à-dire la lutte contre le spam).

En environ 15 ans, les moteurs ont évolué de manière très spectaculaire, et cette évolution a naturellement un impact sur les pratiques de référencement. Mon point de vue, et donc mes prédictions, sur le futur du SEO sont par conséquent largement issus de ma vision du futur des moteurs de recherche, à laquelle je participe activement de par mon poste chez Qwant.

C'est l'intention qui compte

5 ans c'est en fait demain, et ce que les moteurs feront de manière à peu près systématique et efficace dans 5 ans, c'est ce qu'ils commencent à faire de manière plus ou moins bonnes depuis quelques années.

Pour moi le game changer des dernières années, c'est l'utilisation de signaux au niveau de l'interaction du moteur avec ses utilisateurs pour le paramétrer différemment selon l'intention exprimée. Ces signaux sont utilisés par un algorithme de machine learning, qu'on appelle de manière générique le learning-to-rank, et qu'on retrouve sous différents noms chez chaque gros moteur.

Peu de gens en ont conscience, mais la première utilisation de ce type d'algorithme par un moteur de recherche fut chez Altavista en 2003, et c'est seulement en 2017 que la technologie est passée dans le “grand public” avec une intégration dans Apache Solr, moteur open-source. La technologie arrive à maturité et rencontre son public, elle va donc s'affiner de manière très forte et sans doute devenir un des leviers principaux sur lesquels les SEOs doivent agir.

 

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.

 

Plus d'infos pour les abonnés :

Plus d'infos pour les non-abonnés :