Lors du dernier événement One-to-One Retail e-Commerce à Monaco, Daniel Alegre, président Retail, Shopping et Paiement de Google, a annoncé le lancement officiel de Google Shopping Actions en France pour début avril. Mais qu'est-ce que le service Google Shopping Actions ? Pourquoi Google se lance-t-il dans l'e-commerce ? Faut-il s'y intéresser si l'on est e-commerçant ? Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre dans cet article.

Par Philippe Yonnet


Un service lancé uniquement en France et aux USA

Bien que Google refuse de qualifier son produit « Shopping Actions » de marketplace, il en possède bien la plupart des attributs qui caractérisent une « place de marché ». Mais Google marche sur des œufs pour ne pas s'aliéner le marché de l'ecommerce avant même d'avoir commencé à le pénétrer.

On trouvera un bel exemple prouvant que Google avance masqué dans sa communication, dans cette interview de François Loviton (directeur retail et ecommerce chez Google) à LSA.

Google Shopping Actions propose aux e commerçants d'utiliser un nouveau format de PLA (les « product listing ads ») paramétrable depuis le Merchant Center. Jusque-là, peu de changements par rapport à Google Shopping. Mais ce format permet aux internautes de glisser les produits dans un « panier universel », actionnable également depuis Google Assistant (mais pas encore en France, comme nous l'expliquerons plus loin). Ce panier peut être transformé en commande en un clic, à partir d'informations de paiement préenregistrées par l'utilisateur. La commande est ensuite dispatchée entre les différents marchands.


Fig. 1. Fonctionnement de la version US de Shopping Actions.

Aux Etats Unis, les commandes sont acheminées par le service Google Express. Ce service n'existe pas en France, et son lancement prochain n'est pas à l'ordre du jour, cela signifie que les marchands qui vont souscrire à Google Shopping Actions doivent prendre en charge eux même la logistique d'expédition des produits commandés.

Outre cette différence, deux autres fonctionnalités fondamentales n'existent pas dans la version française :
• La possibilité de click and collect ;
• Et l'intégration dans Google Assistant, repoussée à fin 2019 (voir plus loin).

Notons également que les produits alimentaires ne sont pas aujourd'hui commercialisables via Shopping Actions.

A quoi ressemble le produit pour l'utilisateur en France

Bien que le lancement ait été annoncé pour début avril, à ce jour un grand nombre d'internautes ne voient pas les boutons d'achat sur les annonces Google Shopping. Si vous faites partie des heureux élus (Google annonce 50% des comptes, mais à la date de rédaction de l'article mi-avril, c'est probablement moins), et à condition d'être connecté à votre compte Google, voici à quoi ressemble la page d'accueil de Google Shopping :

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Philippe Yonnet, Président de l’agence Search Foresight (https://www.search-foresight.com/)