L’obfuscation de liens (il faudrait en fait parler d'«  offuscation  » en français) fait partie des grandes techniques de netlinking et d’optimisation du maillage interne. Son objectif est de masquer les liens aux moteurs de recherche pour le diriger vers les pages les plus pertinentes en termes de SEO (méthode du PageRank sculpting ou Bot Herding), tout en améliorant certains aspects sémantiques, voire de crawl budget…

Par Mathieu Chartier

À la lecture de cette introduction, on pourrait se demander pourquoi tous les sites web ne pratiquent pas le masquage de liens dans le code HTML. En effet, cette technique, de plus en plus répandue, peut faire ses preuves dans certains cas précis, et nous allons tenter d’expliquer pourquoi…

Obfuscation, what else ?

Avant de nous lancer dans la (belle ?) aventure de l’obfuscation de liens, il faut déjà noter que tout démarre avec un terme issu d’un néologisme. En effet, « obfuscation » est un anglicisme dont l’origine provient du terme éponyme dans la langue de Shakespeare. Il signifie « obscurcissement » ou « assombrissement », donc cela va dans le sens de la technique utilisée en SEO.

Les étymologistes en herbe nous diront que le terme vient du latin « obfuscare », dans lequel le verbe « fuscare » signifie lui aussi « assombrissement » (« ob » voulant dire « vers »). Sauf que le vrai terme latin correspondant est un nom féminin, « obfuscatio », qui signifie la même chose. On pourrait également citer le verbe « offuscare » qui veut dire « obscurcir ». De là est né le terme français « offuscation », mais qui n'est jamais utilisé par les SEO. Cela prouve une fois encore que les anglicismes s’imposent à nous, même quand des équivalents français existent nativement. 😉

Au-delà de cette parenthèse linguistique amusante, sachez que l’obfuscation (nous allons nous efforcer d’utiliser le terme sous cette forme, en dépit du bon sens ^^) tire son origine du monde informatique et de la sécurité. En effet, cela consiste à cacher ou rendre difficile d’accès un message ou un code pour une personne ou un programme. Ainsi, au lieu de proposer des programmes clairement lisibles, les programmeurs choisissent d’obscurcir leurs codes pour les rendre quasi illisibles, tout en restant fonctionnels. Par exemple, il vous serait difficile de décrire le code suivant écrit en langage C (exemple issu de Wikipedia) :

_(__,___,____){___/__<=1?_(__,___+1,____):!(___%__)?_(__,___+1,0):___%__==___/ __&&!____? (printf("%d\t",___/__),_(__,___+1,0)):___%__>1&&___%__ <___/__?_(__,1+ ___,____+!(___/__%(___%__))):___<__*__?_(__,___+1,____):0;}main(){_(0x64,0,0);}

C’est pourtant évident, n’est-ce-pas ? Ce code permet d’afficher les nombres premiers de 1 à 100, tout simplement. Mais avec l’obfuscation du code, cela devient impossible à imaginer au premier abord.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Mathieu Chartier
Consultant-Formateur et webmaster indépendant, Internet-Formation (https://www.internet-formation.fr)