Il est souvent difficile de trouver trace d'un «  vrai  » cocon sémantique sur le Web. Le cocon est parfois comme Nessie (le monstre du Loch Ness) : tout le monde en parle, mais personne ne le voit... Alors, est-ce un mythe ou existe-t-il vraiment ? Plusieurs sortes de cocon cohabitent-ils sur le Web ? Christian Méline explique ici sa vision du domaine et nous explique ce que sont devenus ces cocons depuis leur conception, avant d'analyser un exemple de "cocon moderne" disponible en ligne...

Par Christian Méline, Concepteur du système des metamots (https://self.cocon.se/)

Le cocon sémantique existe-t-il ?

Tel le « Monstre du Loch Ness », beaucoup en causent, mais presque personne ne l’a vu… Vous en entendez parler et lorsque vous demandez un exemple, la terreur saisit votre interlocuteur... Parfois, quelqu’un vous en montre un, discrètement… Là, vous faites 3 pas en arrière de peur que le monstre ne vous attaque !! 😉 Quoi qu’il en soit, en public, personne ne veut confier d’URL. Pourquoi cette retenue ?

Il existe plusieurs explications possibles :

  • Le référenceur a bien fait un « truc » mais est-ce réellement un cocon ? Lui-même n’en est pas très sûr… C’est ce qu’il a vendu, en tout cas.
  • Tant de pages pour un cocon incite à faire des contenus sans intérêt. Au final, ce n’est pas présentable.
  • Quand j’accompagne un client, j’insiste sur la qualité des textes. C’est donc un investissement. Sur certaines thématiques, le vol de contenu est quotidien. Du coup, certains craignent d’exposer ainsi leur travail et de se faire piller. En pratique, les voleurs se moquent de la qualité. Ils récupèrent tout ce qu'ils trouvent.
  • Le plus souvent, un SEO se doit d’être discret. Un SEO ne donne pas les noms des sites en public, parfois parce que son client ne le veut pas.
  • Il y a encore d’autres raisons, mais nous ne les citerons pas ici.

Obtenir ne serait-ce qu’une seule URL de cocon « présentable » est difficile. C’est parfois révélateur du niveau des contenus... J’ai plusieurs cocons d’une bonne qualité. Malheureusement, la plupart de mes clients ont refusé que leurs URL soient communiquées. Peur de la concurrence sans doute… Mais nous verrons le mois prochain qu'il est possible d'analyser quand même un cocon disponible en ligne.

Et pourtant, plus ils sont bien réalisés, plus les textes sont soignés, plus ça cartonne, vraiment ! Pour autant, un cocon n’est qu’un cas particulier du maillage interne. Nous verrons cela plus loin.

La terminologie, une grande confusion

Malheureusement, la plupart des professionnels du SEO ne nous aident pas. Je confesse être exaspéré par toutes les tournures que certains utilisent pour « renouveler » le genre. Récemment, j’ai vu un site appeler cela des « silos lexicaux » (?). Décidément, les personnes prétendant faire de la sémantique ne connaissent même pas le sens des mots. Cette expression ne veut rien dire !

Certes, le marketing est parfois baratineur, mais il y a des limites... Si nous ne savons pas de quoi nous parlons, faisons donc autre chose.

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.


Plus d'infos pour les abonnés :

Plus d'infos pour les non-abonnés :