Petit récapitulatif et analyse  de ce qui s'est passé en 2003 dans le monde des outils de recherche en France et dans le monde. Et petite prospective sur l'année qui arrive avec le "calendrier des grands événements de 2004" !

L'année 2003 vient de s'écouler. Une année fertile en événements dans le petit monde des outils de recherche qui annonce une année 2004 très mouvementée. Dans ce cadre, il nous a semblé intéressant de revenir sur les 12 mois qui viennent de s'écouler pour tenter d'en tirer les principaux enseignements, aussi bien au niveau de la recherche d'information que du  référencement. Que s'est-il donc passé en 2003 et, plus globalement, lors des deux années qui viennent de s'écouler ? :

  1. Disparition progressive des annuaires

Souvenez-vous, il y a de cela deux ou trois ans. Deux outils de recherche se partageaient le marché en France : l'annuaire Yahoo! et le moteur AltaVista. Puis Google est arrivé et a "tué" AltaVista (qui s'est également suicidé sans l'aide de personne dans le même temps) tout en mettant sous l'éteignoir Yahoo!. A cette époque, l'annuaire Yahoo! était l'outil de recherche qui draînait le plus de trafic sur les sites web francophones (et anglophones). C'était l'age d'or des annuaires : Yahoo!, Looksmart, Snap (qui s'en souvient ?), l'Open Directory pour le monde anglophone, Yahoo! encore, Nomade, le Guide de Voila, l'annuaire de lycos France pour le monde francophone regorgeaient de sites web et leurs documentalistes faisaient un travail formidable pour apporter une touche "humaine" aux résultats des outils de recherche.

Aujourd'hui, qu'en reste-til ? Outre-Atlantique, Looksmart est au plus mal après la perte de nombreux clients dont son principal, MSN. Looksmart était, de toutes façons, plus devenu un prestataire de liens commerciaux qu'un réel annuaire. Snap a coulé et Yahoo! a fait quasiment disparaître, dans les faits, les résultats de son annuaire au bénéfice des liens issus de la technologie Google. Finalement, seul l'Open Directory reste, à nos yeux, un annuaire indispensable, le seul outil de ce type où un webmaster se doit de faire figurer son site...

En France, la situation n'est guère plus rose : Nomade.fr en cours d'abandon par Tiscali, l'annuaire de Lycos France sur la sellette lui aussi et le Guide de voila qui connait la même situation que l'annuaire de Yahoo! France. Ces deux derniers existent encore mais disposent d'une visibilité bien plus faible qu'à l'époque. Les offres de soumission payante sur les annuaires (comme l'offre Yahoo! Express) ont donc, elles aussi, subi une baisse. Il est vrai que payer 250 euros HT pour ne pas être sûr d'être accepté sur un annuaire (même si, dans la pratique, le nombre de refus est très faible) qui, de plus, ne propose qu'une visibilité très réduite, il y a de quoi réfléchir avant de sortir son porte-monnaie... Cependant, les offres de soumission payante ont toujours bien marché sur les annuaires, en revanche, leur rentabilité est bien moindre que celle issu des bénéfices engrangés par les liens sponsorisés... Les portails, pressés de gagner du "cash" au plus vite, s'orientent donc vers ce qui leur amène le meilleur retour sur investissement.

On est donc passé d'un marché du "search" dominé par les annuaires à un marché dominé par les moteurs en quelques années, voire quelques mois. Faut-il pour autant condamner les annuaires ? Peut-être pas, car il est probable que la qualité du travail éditorial réalisé par les documentalistes "humains" peut difficilement être égalée par les robots des moteurs. Si le marché a si rapidement basculé, il peut tout autant repartir dans l'autre sens ou vers une autre direction (des annuaires thématiques ?). Peut-être qu'un nouveau type d'outil de recherche reste à inventer, mixant mieux qu'aujourd'hui les résultats des annuaires "humains" avec ceux des moteurs "algorithmiques"...

La suite de cet article est réservée aux abonnés.