Les sites Web développés grâce à la technologie Lotus Notes / Domino posent souvent des problèmes de référencement. Vanondahy Ravoajanahary, chef de projet web Domino de la filiale d'un groupe bancaire français, s'est heurté à ces problèmes et a tenté de trouver des solutions empiriques gravitant autour du concept d'"url rewriting" appliqué à Notes. Il nous explique ici sa démarche et ses "trouvailles". Merci à lui d'avoir bien voulu partager son expérience dans ce domaine au sujet duquel il est si difficile de trouver des informations fiables...

Lotus Notes, plutôt connu pour sa solution de messagerie électronique d'entreprise, intègre également un dispositif de groupware (partage d'informations, travail collaboratif, workflows ...). A ceci s'ajoute Domino, un serveur web dynamique,  permettant la gestion et l'animation des contenus de sites interactifs. Ces derniers peuvent reposer efficacement sur la brique mail ainsi que celle des fonctions de partage, de multi-contribution, de processus de validation et de publication...

Cependant, de nombreuses questions restent à ce jour sans réponse du côté des webmasters utilisateurs de cette technologie. Leurs besoins d'amélioration pour un meilleur référencement sont loin d'être satisfaits. En effet, les pages générées par cette plate-forme présentent toute la palette de facteurs bloquants des sites dynamiques pour une bonne indexation sur les moteurs de recherche.

Il suffit de taper la requête allinurl:nsf (extension caractéristique des bases Lotus Notes sur le web) sur les pages France de Google par exemple pour se rendre compte qu'un grand nombre de sites gérés avec cette technologie n'est pas optimisé : URL complexes, frames, mauvaise organisation du contenu, etc.

Ce document s'adresse donc aux webmasters Domino et leur donne des indications et observations concrètes permettant de tirer parti des spécificités/du mode de fonctionnement de leur plate forme de publication pour améliorer l'indexation et la visibilité de leur site.

Après un rappel sur le fonctionnement des bases Lotus Notes, nous tenterons en tout cas de leur présenter des moyens d'adapter l'outil à leur besoin de référencement. Le but est qu'ils puissent maîtriser dans la durée le maximum de critères d'optimisation de leurs pages web selon les principaux critères de pertinence des moteurs de recherche.

Comprendre le fonctionnement des bases Lotus Notes

  1. Qu'est qu'une base Lotus Notes ?

Une base Lotus Notes est un fichier à format propriétaire portant l'extension '.nsf'. Celui-ci n'a donc de raison d'être que s'il est exploité dans un environnement client Lotus Notes / Serveur Notes / Serveur web Domino :

- Le client Lotus Notes génère les bases et sert à concevoir les applicatifs destinés à créer, manipuler et visualiser des données en mode distant

- Le Serveur Notes quant à lui assure la mise en partage et la gestion des accès aux bases.

- Le serveur Domino, conforme aux standards HTTP, assure la présentation des bases Lotus Notes aux navigateurs. Il dispose d'un interpréteur chargé de transformer à la volée le code propriétaire Lotus Notes en HTML. Nous l'appellerons interpréteur de code Lotus.

L'interpréteur de code Lotus permet de rendre les applications Lotus Notes accessibles à l'aide d'un navigateur web, pratiquement sans développement supplémentaire. Ceci est très rapide en termes de mise en œuvre et très efficace pour une publication web. Nous verrons que ce n'est pas le cas s'agissant de la prise en compte du référencement...

Même s'il est souvent classé parmi les solutions de bases de données, Lotus Notes/Domino n'est pas un moteur relationnel. Son concept repose sur la notion de "document" comportant des zones d'information bien identifiées, au sens des supports papiers, notes de service, etc. que nous côtoyons quotidiennement dans toute vie professionnelle.

 

 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.