Beaucoup d'éditeurs de site web ont parfois l'impression qu'il est extrêmement difficile de comparer les offres des différentes sociétés de référencement... Or, cette complexité, bien réelle, vient aussi du fait qu'aucun cahier des charges précis n'a été fourni au prestataire au préalable. Pourtant, ce document, qui doit lister les demandes essentielles du client, est indispensable dans le cadre d'un projet réussi. Que doit donc contenir un tel cahier des charges ? Que faut-il demander à un prestataire de référencement ? Voici quelques pistes qui devraient vous aider dans votre tâche...

Comme n'importe quel projet informatique d'envergure, le référencement doit faire l'objet de la rédaction d'un cahier des charges précis prenant en compte tous les besoins du projet. De nombreux clients l'oublient, d'ailleurs, s'adressant à une société de référencement sans aucun cahier des charges, ce qui, selon nous, est une erreur qui peut coûter cher... Difficile, ensuite, de ne pas s'étonner que la prestation ne corresponde pas vraiment à ce que l'on attendait ou se solde par un événement inattendu de type blacklistage...

Dans ce cadre, la valeur ajoutée d'un projet de référencement réussi se situe dans le développement de l'activité (la génération de business) et non dans le volume de visites (et encore moins dans le strict positionnement) générées. Ces différents aspects sont donc à différencier. On peut en effet draîner un important trafic qui soit plus ou moins "hors cible" si les requêtes sont mal définies ou même parfois hors sujet alors qu'un travail précis sur l'étude des expressions retenues peut générer peu de visites avec un taux de transformation élevé.

Base de travail précieuse pour l'entreprise qui pourra maîtriser plus facilement son projet, ce document préalable permet de délimiter les contours de celui-ci et les attentes en termes de trafic mais également de contacts.

Or, dans le domaine du référencement, il est, comme nous l'avons dit précédemment, extrêmement rare que le client procède ainsi... De ce fait, il devient difficile de trier les différentes offres et de sélectionner un prestataire car le plus souvent, les offres ne sont pas comparables... Ce qui est finalement assez logique, puisque ces entreprises n'ont eu aucune base de travail portée à leur connaissance pour établir leur devis...

La diversité des offres du marché est si vaste qu'il est difficile de se repérer. Or, le sujet de la visibilité étant de plus en plus crucial pour les entreprises, il est essentiel de qualifier ses besoins tout en imposant un certain nombre de points à respecter.

Le prestataire doit répondre aux attentes du client

C'est au prestataire de répondre aux attentes du client et non au client de se conformer à l'offre du prestataire. Compte-tenu des budgets de plus en plus élevés de ce type de projet et de l'enjeu de la visibilité des sites web, le cahier des charges devient un élément essentiel de la réussite du projet de référencement.

Le cahier des charges prévisionnel du projet de référencement est donc l'outil essentiel de votre stratégie. Ses différents aspects et clauses pourront ensuite être intégrés avec bonheur au contrat de référencement qui devra, lui aussi, être établi avec soin.

Méthodologie et techniques employées

Dans un contexte où les abus sont aujourd'hui de moins en moins tolérés (pages satellites, contenu texte et liens caché, etc...) et sévèrement punis, il est essentiel que vous puissiez maîtriser ce qui est mis en oeuvre par le prestataire que vous aurez sélectionné. Nombre de clients ignorent totalement la méthodologie employée par leur référenceur, ce qui peut déboucher sur des surprises de type blacklistage sans même que le client n'ait envisagé cette option.

Le cahier des charges doit donc absolument faire mention des techniques "interdites" si possible en les énumérant. Le centre d'aide de Google (http://www.google.fr/support/webmasters/bin/answer.py?answer=35769&topic=8456) donne une liste de directives précises sur lesquelles le client peut s'appuyer pour rédiger cette partie du cahier des charges.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.