Louis Monier a traversé les 12 dernières années dans le monde de la recherche d'information sur le Web. Co-créateur d'Altavista, puis chef de projet chez eBay avant de rejoindre Google en 2005, il porte, dans cet interview, un regard plein de justesse et de sagesse sur les moteurs de recherche d'hier et d'aujourd'hui. Il nous conte son épopée au travers d'anecdotes croustillantes (le changement de dernière minute du nom d'Altavista, le rachat du nom de domaine par Compaq, la véritable histoire d'Altavista chez Digital, les différents propriétaires du moteur, son rendez-vous manqué avec Larry Page, fondateur de Google, son arrivée en 2005 chez le moteur leader) mais nous parle également de sa vision du "search" aujourd'hui et demain... Un entretien passionnant avec un grand nom de l'histoire des moteurs de recherche...

Louis Monier est l'un des fondateurs du célébrissime moteur de recherche AltaVista (http://www.altavista.com/) en décembre 1995. Après son départ, il fonde une start-up puis travaille quatre ans chez eBay avant de rejoindre Google en juin 2005. Il a donc connu toute l'époque du "search" sur le Web, dans toutes ses étapes et est aujourd'hui un observateur privilégié du "petit" monde des moteurs de recherche. Nous avons profité de l'un de ses passages à Paris pour lui poser quelques questions...

Louis Monier, merci de nous recevoir et de bien vouloir répondre à nos questions. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bien sûr. Je suis français, j'ai fait mes études à Paris, à l'Ecole Normale Supérieure et à l'université de Paris à Orsay plus exactement. Après ma thèse, je suis parti aux Etats-Unis, à l'université de Carnegie Mellon. En 1983, j'arrive à XEROX P.A.R.C. (Palo Alto Research Center), sur la côte Ouest, qui représentait un peu le futur de la technologie, une sorte d'Eldorado pour un chercheur. J'étais assez émerveillé... Je suis resté là-bas six ans. En 89, j'arrive chez DEC, Digital Equipment, pour faire de la R&D. C'est à cette occasion que j'ai pu lancer le projet AltaVista.

Pourquoi Altavista a-t-il été lancé chez Digital ?

Vous savez, c'est comme en cuisine : pour faire une recette, il faut des ingrédients de départ et faire en sorte qu'ils fonctionnent bien ensemble. Chez Digital, nous avions l'une des meilleures connectivités Internet aux Etats-Unis. Et puis, à cette époque-là, DEC avait des soucis financiers et manquait singulièrement de "communication positive" autour de sa marque. C'est ainsi que j'ai vendu mon projet, en expliquant qu'il ferait parler de DEC en bien dans la presse et que cela constituerait une publicité à moindre coût. C'était un argument fort. Je me souviens qu'après le lancement d'Altavista, une des employées de la "com'" était entrée en réunion avec, sous le bras, un rouleau qu'elle avait confectionné avec les articles découpés dans la presse et qui louaient les avantages du moteur... Elle l'avait déroulé sur la table. Il était très long... C'était assez impressionnant... Je pense que le board était aussi impressionné (rires)...

Le nom d'AltaVista vient vraiment d'un nom à moitié effacé sur un tableau, comme le dit la légende (http://actu.abondance.com/2006-13/paul-flaherty.php) ?

Oui, tout à fait. C'est également ma femme qui avait dessiné le premier logo... Nous avons eu tellement de soucis jusqu'au dernier moment, avant le lancement... Même le nom a failli changer... En effet, alors que nous étions tous d'accord sur le patronyme d'Altavista, DEC a voulu au dernier moment le changer. Il a mandaté une société spécialisée du domaine qui a trouvé, entre autres horreurs, le nom de "GOTCHA"... C'est un mot qui veut dire pas mal de choses en anglais et dans leur esprit, cela signifiait "Got It", dans le sens "je cherche et ça y est, je trouve"... Mais cela veut aussi dire "je te tiens par les c..." (rires). En fait, le mot est assez expressif et rarement très positif... Ils avaient aussi imaginé un logo sous la forme d'une tâche que l'on croyait issue directement du croupion d'un pigeon malade, si vous voyez ce que je veux dire... Ilene Lang, qui était directrice du software chez Digital à l'époque, s'était vite aperçu de la situation catastrophique qui était en train de se mettre en place et pourtant il nous avait fallu au dernier moment refaire les pages avec le nouveau logo, nouveau nom, etc. Heureusement, juste avant le lancement, branle-bas de combat et retour en arrière vers Altavista grâce à son appui... Ouf... Nous avions gagné... Mais, pendant des années, certains DNS ou autres détails du moteur ont gardé le nom de Gotcha comme une trace, un vestige de cet épisode...

La suite de cet article est réservée aux abonnés.