Utiliser les API de Google est de plus en plus fréquent, mais une question reste toujours en suspens : quel langage utiliser pour quelle API ? Nous allons étudier le cas de l'API Knowledge Graph car elle est simple à prendre en main, et faire un focus sur les différences d'usage entre trois langages connus du moment : le classique PHP, l'indispensable Javascript et le retour en grâce de Python.

Nous avons déjà traité de nombreuses API au sein des lettres d'Abondance mais on se posait à chaque fois la question du choix du langage à utiliser. Dans les faits, aucun n'est parfait, et nul n'est mauvais. Il s'agit d'utiliser le bon langage au bon moment, et pour la bonne application. Notre choix s'est porté dans cet article sur Python, PHP et Javascript car ce sont des langages dans la tendance, toujours très appréciés par les développeurs. Nous nous sommes référés aux classements PYPL (source : http://pypl.github.io/PYPL.html) et Tiobe (source : https://www.tiobe.com/tiobe-index) pour faire ce choix, mais d'autres langages auraient pu être ajoutés dans la balance. Alors voyons les bénéfices ou défauts de chaque mouture…

Quel langage pour quel usage ?

Avant de se lancer à corps perdu dans un projet de développement, il convient de bien réfléchir aux langages à utiliser. Dans le Web, il est tendance d'utiliser Javascript à tout-va par exemple, alors que quelques années auparavant, cela était presque banni tant les navigateurs pouvaient générer des incompatibilités avec ce langage. PHP, qui reste à ce jour le langage le plus utilisé au monde dans le Web (plus de 80% de parts de marché selon W3Techs), est au contraire souvent rabaissé, bien que depuis PHP 7.0, ce langage ait pris une tournure intéressante. Python connait lui un regain d'intérêt majeur depuis l'émergence de l'intelligence artificielle et surtout de la mise en avant de Google (notamment avec la librairie Tensor Flow). Il est pourtant le plus ancien langage, sorti dès 1991, mais ce ne sont pas les quelques sites web réalisés avec le CMS Django qui l'ont mis sur le devant de la scène.

Alors, pourquoi tant de vagues au sein des langages nous direz-vous ? Nous pourrions penser qu'il s'agit uniquement de choix basés sur les qualités intrinsèques de chacun mais en réalité, il reste encore une part de « tendance » à suivre. Alors, voyons quelques atouts de chacun pour ne pas céder à la mode, mais plutôt à des choix réfléchis :

PHP est le langage le plus utilisé dans le Web, car il a été créé pour cet usage. Depuis PHP 7, sa rapidité ne peut guère être remise en cause et la facilité d'accès du langage en font une alternative fort intéressante. En revanche, pour utiliser les API de Google, il faudra passer soit par un programme fait maison, soit par la bibliothèque Google PHP API Client, ce qui ne facilite pas la tâche, tant la documentation n'est pas remise à jour régulièrement.

Javascript est en pleine forme depuis les dernières versions d'Ecmascript (EcmaScript 6 actuellement est la version intéressante, mais les prochaines offrent de belles promesses). Le langage a l'avantage de baigner dans l'usage côté client et côté serveur (si besoin), mais aussi de profiter des événements utilisateurs. Ainsi, un survol à la souris ou un clic au stylet peut entraîner une action, ce qui est bien pratique à l'heure où UX et ergonomie redeviennent des priorités. Son seul inconvénient est d'être vraiment un langage à part en termes de développement, on parle ici d'un langage orienté objet à prototype. Il peut donc s'avérer complexe à maîtriser pour les plus débutants.

Python est le langage idéal pour débuter dans la programmation tant il n'est pas verbeux. En effet, il offre une syntaxe légère (voire transparente dans bien des cas) mais profite de milliers de modules conçus pour proposer de nouvelles fonctionnalités. En d'autres termes, il offre un large panel de possibilités tout en permettant d'écrire du code de manière condensée. Nous verrons par la suite que le code le plus court sera celui proposé en Python, comme souvent. Son défaut en revanche est de ne pas être lié au Web à proprement parler, nous ne pourrons donc pas intégrer facilement un applicatif sur les API de Google dans un site, mais plutôt pour créer un logiciel ou un programme d'analyse, etc.

L'article n'est disponible ici que sous la forme d'un extrait.
Il est accessible en lecture intégrale uniquement aux abonnés à la lettre professionnelle « Réacteur » du site Abondance...

Cliquez ici pour vous abonner à la lettre 'Réacteur' !

Vous êtes déjà abonné ? L'article complet est disponible dans la zone "Abonnés". Cliquez ici pour vous identifier.


Plus d'infos pour les abonnés :

Plus d'infos pour les non-abonnés :