PS : toutes les offres actuellement disponibles de référencement payant sont décrites sur Abondance à l'adresse : https://www.abondance.com/docs/referencement-payant.html

Cet article a comme objectif de décrire la façon dont va évoluer, à mon avis, le marché du référencement dans l'avenir, c'est-à-dire, à l'échelle Internet, d'ici à l'année 2002... Il est clair que tout ce qui est dit dans cet article n'est que supposition. Bien entendu, beaucoup de choses peuvent se passer d'ici là et rentrer en contradiction avec ces écrits. Mais, bon, je me lance... Allez, une bonne lecture pour cet été, sur la plage 😉

Référencement sur les annuaires -------------------------------

En ce qui concerne les annuaires, il semble clair que l'avenir est directement orienté vers la soumission payante de type "Business Express" de Yahoo!. Aux Etats-Unis, tous les annuaires majeurs proposent une telle offre. En France, Looksmart a ouvert le ban, Voila, l'annuaire de Lycos France et Yahoo! France vont suivre de façon certaine (ils me l'ont confirmé dernièrement) d'ici à la fin de l'année. MSN France (avec son annuaire concocté par la société Lamine) et Nomade.fr m'ont également indiqué qu'un tel système verrait bientôt le jour sur leur annuaire. Il y a de fortes chances que, par effet boule de neige, cela se réalise dans le courant de l'année 2001 et donc qu'à la fin de cette année, TOUS les annuaires francophones majeurs proposent une offre de soumission payante. Et la boucle sera bouclée... Seul l'Open Directory (ce type de fonctionnement n'est pas, logiquement, sa tasse de thé) devrait rester en dehors de cette tendance à la soumission payante.

Autre facteur qui corrobore ce fait : les outils de recherche ayant besoin d'argent, l'une des meilleures façons d'en gagner étant de moins en dépenser, ils "taillent" dans les budgets et diminuent les effectifs alloués à la gestion des sites par l'annuaire. Les netsurfers font donc parfois les frais de l'opération. Moins de monde pour évaluer les sites soumis gratuitement, mais en revanche une nécessité de rapidité pour traiter en priorité les sites soumis au travers de l'offre payante... Vous voyez où l'on veut en venir 😉
Les sites soumis gratuitement ne seront traités que lorsqu'il reste du temps, ce qui n'est en aucun cas garanti....
De plus, il y a fort à parier que les sites d'entreprises verront leur éventuelle inscription dans la catégorie "Economie et Entreprise" des annuaires assujettie à une soumission payante obligatoire (plus de soumission gratuite possible) dès l'année 2002.
Ceci dit, il n'est pas dit que les offres de soumission payante soient obligatoirement une manne financière pour les annuaires. Les chiffres chuchotés en Europe au sujet de l'offre de Looksmart (UK et France) semblent assez décevants (une cinquantaine de soumission par semaine officiellement, peut-être moins officieusement). On observe également que Looksmart France entre de lui-même dans son annuaire des sites web n'ayant fait l'objet d'aucune soumission, en guise de maintenance. Par manque de demande ? Difficile à dire, seul l'avenir le dira...
Tout ceci n'est pas choquant à mon avis, car, en échange de ce paiement, le webmaster a accès à un service : avoir une réponse en quelques jours par e-mail sur le résultat de sa soumission. Pour éviter tout problème, il est clair que les annuaires auront plutôt tendance à accepter les sites qui sont ainsi soumis. et ceux qui seront refusés sauront pourquoi et disposeront, la plupart du temps, d'un mois pour corriger leur copie et soumettre une seconde fois dans le cadre de l'offre initiale. Tout devrait ainsi rentrer dans l'ordre et ce système répondre à l'une des principales attentes des webmasters et référenceurs : pouvoir se référencer dans les annuaires dans un délai court en étant en relation avec les outils de recherche. Et s'il faut payer une somme de 1 000 à 1 500 F pour cela, après tout, pourquoi pas ? Cette direction semble en tout cas inéluctable... Et les "petits" sites risquent d'en faire les frais. Il leur restera leur contenu comme seule "arme" pour se faire remarquer les netsurfeurs qui les intégreront dans le cadre de leur veille quotidienne.

L'autre problématique sur les annuaires est le positionnement. Il peut prendre deux voies différentes : à l'intérieur d'une catégorie et sur la page de résultats.
Concernant le positionnement d'un site à l'intérieur d'une catégorie (du type de l'offre "Sponsored Sites" de Yahoo.com), on attendait ce type d'offre depuis pas mal de temps, on sentait que ça allait venir. Fonctionne-t-elle sur Yahoo.com ? On peut se poser la question lorsqu'on parcourt l'arborescence de l'annuaire et que l'on s'aperçoit que très peu de catégories proposent de tels liens. Trop tôt peut-être. Yahoo! n'ayant fait que très peu de publicité autour de cette fonctionnalité, il est possible qu'il l'ait mise en place uniquement pour régler certains problèmes, par exemple de gros annonceurs désirant obtenir une meilleure visibilité sur une catégorie spécifique. La régie publicitaire pourrait alors vendre une offre couplée de type "Bandeau de pub + Sponsored site". C'est une éventualité. Pourtant, l'offre est intéressante pour un site car elle positionne la source d'information en haut d'écran, dans une zone très "cliquable" par l'internaute. Mais celui-ci regarde-t-il cette zone et n'a-t-il pas, aujourd'hui, le reflèxe de descendre directement sur la liste de sites ? D'autre part, de nombreuses statistiques sur l'utilisation des annuaires semblent donner une part de plus en plus privilégiée à la saisie de mots clés par rapport à la navigation au niveau de l'arborescence pour aboutir à la catégorie finale. Cela rendrait donc moins intéressante cette option. Le fait qu'elle soit très peu reprise par les autres annuaires concurrents est également un indicateur à prendre en compte... Ceci dit, cette démarche très "Pages jaunes", si elle est peut-être encore un peu trop "jeune" sur l'Internet, fonctionnera certainement à plein en 2002. Il n'y a, a priori, aucune raison pour qu'un système qui fonctionne très bien sur les Pages Jaunes ne soit pas un "succès" (sic) sur le Web. D'ici deux à trois ans, la plupart des entreprises françaises auront leur site et le monde des annuaires téléphoniques professionnels et des annuaires Web connaîtront certainement une fusion de leurs contenus... Et de leurs méthodes de promotion !

La suite de cet article est réservée aux abonnés.